Les inscriptions avaient lieu il y a deux semaines...la gommette a visité et découvert son école pendant que nous fournissions des documents (et en remplissions d'autres!). Elle a :

  • Découvert les locaux (dans un village voisin, nous ne passons jamais devant)
  • Rencontré sa maîtresse et l'atsem qui travaille avec elle ainsi que la maîtresse des plus grands.
  • Visité sa salle de classe (minuscule pour 20 élèves mais bien organisée et agréable...à  l'exeption des fenêtres qui trônent à 2mètres du sol!).
  • Recontré une future camarade.

Le tout en 30 minutes.

Elle sera la plus jeune de sa classe (et donc de l'école). J'ai précisé à la maîtresse qu'elle viendrait le matin uniquement. Bon point, elle m'a répondu que leur fonctionnement là dessus était très souple. La gommette peut très bien commencer par deux après-midi au second trimestre ou un seul pendant les six dernières semaines de l'année etc...

Nous prendrons notre voiture le matin pour lui éviter la demie heure de bus. Elle le prendra le midi (avec le CE2).

Elle s'y rendra 5 jours par semaine et là, je commence à sérieusement m'interroger...personne ne connaît les horaires définitifs, personne ne sait ce qui sera proposé aux enfants...

Je vais reprendre rendez-vous avec l'institutrice. J'en ai besoin.

Et puis, je fais suivre cet appel:

L'appel

 

Appel à Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale  

Rendez possible le choix d'une autre approche éducative à l’école pour tous et sur tout le territoire !


Nous, professeurs de l’Éducation nationale, professeurs d'écoles expérimentales ou associatives, parents d'élèves, anciens élèves, éducateurs, citoyens intéressés par les questions d'éducation, constatons qu’une part croissante de la population aspire à un autre modèle pour l’éducation de ses enfants, alors qu'une autre part préfère conserver un modèle plus classique.
Nous demandons donc à l’Éducation nationale :
de prendre les dispositions nécessaires pour que chaque famille et chaque enseignant puissent, dans l'école publique et dans celles en partenariat avec l’Éducation nationale, enfin faire le choix entre un enseignement classique et un enseignement inspiré des réflexions des grands pédagogues tels que C.Freinet, M.Montessori, O.Decroly, R.Steiner-Waldorf, J.Dewey, J.Holt, P.Kergomard, J.Korczak ...
En effet,
  • de nombreuses expériences ont depuis longtemps validé ces « nouvelles » approches qui ne sont donc plus expérimentales et qui doivent aujourd'hui être officiellement intégrées dans notre système éducatif,
  • de nombreux parents sont demandeurs et de nombreux enfants - dont les difficultés ne relèvent que du système classique auquel ils doivent à tout prix s’adapter - ont besoin de ces approches plus souples et plus respectueuses de leur curiosité, de leurs rythmes et de leurs personnalités,
  • de nombreux professionnels ont les compétences, l’expérience et l'envie d'offrir des pratiques différentes aux enfants, aux adolescents et aux familles.
Or,
  • actuellement, seuls des parents socio-culturellement privilégiés peuvent faire ce choix dans des écoles alternatives privées quand elles existent,
  • et des enseignants s’engagent dans ces pratiques non classiques sans être reconnus ni soutenus par l’administration.
Nous demandons donc que :
  • ce choix soit rendu possible et gratuit pour toutes les familles et sur tout le territoire,
  • des établissements (ou des parties d’établissements) soient officiellement dédiés à cette approche différente et que leurs enseignants puissent y mettre en œuvre ces pratiques sereinement et dans un ensemble cohérent,
  • ces approches différentes - légitimées par les travaux et les expériences passées et actuelles des praticiens, par les chercheurs et les neurosciences - fassent effectivement partie de la formation des enseignants,
  • tous les parents soient informés de l’existence des deux grandes approches possibles de l’éducation et des apprentissages.
Ainsi, la relation et le partenariat école/famille, alors fondés sur le choix clair de chacun, en seront forcément améliorés et pacifiés, et les enfants en seront les premiers bénéficiaires.

Dans notre système éducatif français qui tergiverse aujourd'hui entre ces deux conceptions de l'éducation, notre appel à la diversité assumée de l'offre éducative n’est donc que la voix de la raison.

Pour signer, c'est ici.