Cette semaine (dernière de la première période de classe, ouf!), il m'a fallu secouer la gommette dans son lit dès lundi matin...elle s'est d'aileurs levé à 8h30 passé hier. ça n'a pas manqué ce matin, j'ai du la réveiller.

Alors que jusque là les tragets matinaux étaient largement facilités par un temps estival, nous avons eu droit ce matin a une vraie pluie d'automne...et a une gommette qui traînait des bottes de pluie le long du chemin!

Je l'ai pressé.

Arrivées à l'arrêt de bus (c'est juste un lieu, hein, il n'y a pas d'arrêt couvert, non, non!), elle n'avait pas envie de rejoindre ses copines. Elle ne voulait pas leur donner la main pour monter dans lu bus, ne voulait pas aller en classe...

Et moi, au lieu de l'écouter, j'ai participé à la conversation générale (d'un intérêt somme toute mitigé!) et je l'ai "fais monter" dans le bus.

Je m'en voulais d'avoir fais le mauvais choix (à savoir la poussette au lieu de la voiture!) et de voir que le confetti et moi allions rentrer en courant sous une forte pluie...je ne voulais pas de larmes, pas de discussions...en avions-nous le temps?

Je suis rentrée en courant et j'ai eu un choc passé la porte : ma fille était partie à l'école sans en avoir envie et sans avoir pu l'exprimer librement auprès d'une maman attentive!

Parce que nous sommes tenus pas des horraires, pour tout, nous qui pourtant prenons le temps bien plus que la pluspart des gens qui nous entourent!

Nous avons fait ce choix il y a longtemps maintenant et notre fille a toujours eu un rythme au plus proche de ses besoins. Nous sortons peu (pas plus d'une invitation par mois) et nous savourons les jours de pause. Nous mangeons toujours ensemble et restons un long moment à table. Nous ne prenons quasiment jamais la voiture et marchons le plus possible (bien que vivant en pleine campagne.). Nous suivons le rythme des saisons que nous observons avec intérêt et patience...

Alors pourquoi? Pourquoi se laisser prendre a un jeu qui ne nous plait pas?

Ces derniers temps, je suis en pleine reflexion sur ce que nous pourrions changer dans notre vie pour aller plus loin sur le chemin sur lequel nous sommes engagés...

J'entends ma voix intérieure me souffler la solution: "arrêter de travailler, vivre avec ma fille tous les jours, cultiver pour se nourrir, coudre pour se vêtir, fabriquer, détourner pour économiser et créer, chercher pour apprendre, rencontrer pour partager..."

Et j'entends les voix extérieures qui me retiennent encore...pour combien de temps?